Un monde flottant

Afin de couper un peu avec l’intemporalité d’Angkor – et avec la temporalité pragmatique des cars de Chinois et autres Coréens : le Baphuon en un quart d’heure chrono – nous somme allés visiter un des villages flottants du Tonlé Sap. Nous avons choisi le plus proche de Siem Reap, et par conséquent le plus visité aussi. Un peu usine à touriste, en somme.
Mais en le sachant, en n’en étant pas dupe, cela se passe beaucoup mieux.
C’est quand même un drôle de monde, qui se déplace au gré du remplissage ou de la vidange du lac, tributaire incroyable du Mekong. Une migration pour que les maisons, écoles, boutiques, cochons et autres animaux restent sur l’eau, que le village reste flottant. Pas moins, dit-on de 10 km…
Les habitants y sont pour la plupart très pauvres. La pêche ne rapporte pas grand chose et il faut bien acheter ce qui ne pousse pas sur le lac ; la venue des touristes est doc une manne irremplaçable, et une lèpre aussi, comme toujours. Tout se monnaie : tour en barque dans la forêt noyée, photo des gamins. Et tout, bien sûr, est très cher ! Les commerçants recommandent d’acheter du riz pour l’école des orphelins ? C’est 50 $ les 50 kg… Pour nous autres touristes, évidement. Et l’on n’est pas sûr, comme dit Jean-Pierre, que le sac ne soit pas vendu au moins trois fois ! Il n’y a pas de petit profit, surtoit dans le charity business.
Mais cela se passe dans une certaine bonne humeur, sans acrimonie affichée comme cela a pu être le cas au Vietnam. Buy something for me, certes, mais si tu ne le fais pas, ce n’est pas grave.
Bref, un monde pittoresque où les fillettes se baladent avec des pythons autour du cour et où les terrains de baskets sont des grandes cages posées sur des flotteurs…
Bien différent est Roluo. Plus exactement le groupe des Roluos, un petit ensemble de temples d’une grande beauté au sud-est d’Angkor. Dans le plus petit, Preah Ko, un jeune homme né au village voisin nous a accompagné tout du long. Un restaurateur, qui a travaillé à la résurrection de ce subtil monument avec les allemands et qui continue désormais le travail avec une équipe cambodgienne. Un rencontre comme toute celle que l’on peut faire en voyage : impromptue, enrichissante, vivifiante…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :