Wind of change

C’est drôle comme parfois certaines chansons collent à la situation…
Par exemple, entendre Compay Segundo et le Buenà Vista Social Club en buvant un mojito, c’est quasiment parfait. Quand bien même on se trouve au-dessus de la Nam Xong, face à l’époustouflant paysage des falaises du Pha Deng. Ceux qui sont venus ici sauront de quoi je parle.
Les autres sont priés de prendre dare-dare leurs billet d’avion.
Mais aujourd’hui, c’est un vieux tube de scorpion qui collait le mieux.
Wind of Change, entendu à la Luang Phrabang Bakery tout à l’heure.
Vang Vieng change en effet. En bien.
Nous avions entendu parler d’un « nettoyage » de la ville. Entendez par là la fermeture de certains bars dont les excès ont fini par lasser tant les habitants de Vang. Vieng que l’état lui-même. Donc, certains bars où l’alcool coulaient un peu trop et où le mot happy émaillait un peu trop les menus ont été fermés. Finis donc, les teuffeurs saoûls dans les rues de la villes, les Australiens hurlants et titubants. Exit les bars à Friends, aux sièges tous tournés vers l’écran géants. Quoi que pour être honnête, nous en avons quand même retrouvé deux. Si la population de touriste reste jeune, elle nous semble plus tournée vers les activités sportives, dont Vang Vieng pourrait si facilement devenir une nouvelle Mecque. Tenez, même le tubing, cette décente de la Nam Xong sur une grosse chambre à air, bière à la main, semble proscrite. Place au kayak. Bon, d’accord, le fait que la rivière soit en crue y est sans doute pour quelque chose, mais l’an passé, dans les mêmes conditions, cela faisait encore florès.
Pareil au niveau des guesthouses. Il y a de plus en plus d’hôtels ou de guesthouses plus cossus, plus confortables. Ils fleurissent franchement au bord de la Nam Xong, comme si la ville voulaient attirer un public plus riche, sans doute plus mûr aussi, qui dédaigne la ville, précédée par sa mauvaise image.
Wind of Change.
À mon avis, ce changement ne pourra qu’être bénéfique. On viendra ici pour les montagnes, pour les grottes, les vastes rizières surplombées par les rouges falaises du Pha Daeng. Pour jouir de la beauté…
J’espère cependant que le côté festif ne disparaîtra pas totalement. Il ne faudrait pas que Vang Vieng deviennent une morne ville de curistes, trop tranquille, trop propre.
Comme dirait Bouddha : entre deux voies, choisissez celle du mileu…

Non lap fan dii ! Demain, nous allons à Ban Phathao. Nous vous donnerons alors des nouvelles de tout les amis d’ici…

Juste pour vous mettre l’eau à la bouche, deux images de cette fin d’après-midi…

image

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :